MON PREMIER SAVON DE SAPONIFICATION A FROID

Mon premier savon de saponification à froid : karité et aloe vera

Coucou, ça fait longtemps que je n’ai pas publié ici ! J’ai décidé de revenir publier ici que lorsque j’ai quelque chose d’intéressant à vous dire.  Depuis quelque temps je me suis lancé dans la fabrication de savon à froid mais bientôt je me lancerais dans la fabrication de beaucoup plus de type de savons (avec la potasse, à chaud, transparent, etc.). Mon premier savon, je l’ai fait comme ça sur un coup de tête. Je n’avais que mon beurre de karité et du jus d’aloe vera que je venais à peine de faire et je me suis lancé!

C’est quoi un savon saponifié à froid ?

Je ne suis absolument pas une experte et je ne risque pas de vous vendre une formation mais je peux au moins expliquer à ceux qui ne savent absolument pas ce que c’est !

cette image ne m’appartient pas

Voyez vous un savon se fait par la réaction d’un corps gras(huile, beurre, acide gras, etc) et d’un corps très alcalin, dans le cas de la saponification pour la production d’un savon solide, la soude. Ce mélange donne un produit final nommé ici savon qui possède une affinité à l’huile qui lui permet de dégraisser  et d’enlever facilement les particules de poussières et donc de laver.

Et si on ajoute le terme « à froid », c’est parce qu’après cette réaction, on laisse le savon se « reposer » plusieurs semaines (au moins 4) afin que la soude finisse d’être consommé par les corps gras et ainsi rendre le savon utilisable sans danger ( pour ne pas être bruler par la soude qui est très dangereux pour la peau) mais aussi pour profiter des bienfaits du corps gras utilisé car on l’espère après la saponification, le savon a gardé un minimum des propriétés de l’huile.

Je dis ici qu’on l’espère car tout cela dépend des corps gras utilisés, du pourcentage de réduction de soude ou encore du corps gras utilisé pour sur graisser le savon.

Donc au final un savon saponifié à froid est un mélange de corps gras et de soude qu’on laisse reposer plusieurs semaines afin de bénéficier des bienfaits du corps gras et d’utiliser le savon obtenu sans risque d’être brulé par la soude.

C’est une explication très simple mais j’espère que cela vous aidera.

Processus de fabrication d’un savon saponifié à froid

D’abord de base il y’a 2 type d’ingrédients comme je l’ai dit plus haut, le corps gras et la soude ou plutôt lessive de soude mais ici nous en auront 3 car bien souvent on surgraisse les savons. On aura donc 3 groupes :

  • Groupe A : le corps gras, cela peut être une seule huile ou un mélange de plusieurs. Mélanger plusieurs huiles permet d’obtenir des savons avec des propriétés différentes (moussants avec de l’huile de coco ou de ricin par exemple, solide avec des beurres ou de l’acide stéarique, détergents avec de l’huile de palme ou de palmiste, nourrissants avec la plupart des  huiles très riches ou beurre, etc.). Ce sera à vous de voir avec ce que vous pouvez avoir à porter de mains.
  • Groupe B : c’est la lessive de soude.  De base c’est un mélange d’eau et de soude. Mais comme ma première fois vous pouvez remplacer l’eau par une infusion ou un jus. Toutefois gardé en tête que la soude brulera la plupart des bienfaits, c’est la raison pour laquelle, on surgraisse.
  • Groupe C : ici ça peut être un corps gras, un jus, un fruit ou des légumes brefs pleins de choses. Ce sera à vous de tester différentes choses. Je précise que le surgarissage se déroule après le mélange de la soude et du corps gras lorsque la trace a été obtenue et que l’on s’apprête à mouler notre savon. Je vous préviens aussi à ce niveau que si ce que vous ajouter à un pH acide, cela pourrait réagir dans le savon et vous vous retrouverez avec un changement de couleur ou des émanations.

Ensuite il faut tout calculer à l’avance. Je ne connais pas le principe de calcul d’un savon donc je préfère vous conseillez d’utiliser des calculateurs de saponification. Les liens seront en bas de mon article car je préfère que vous lisiez jusqu’à la fin !

Mais pour que vous ne soyez pas perdu, sachez que la quantité de soude dépend de la quantité d’huile utilisée et des indices de saponification des huiles utilisés. Mais aussi du pourcentage de réduction de soude voulu (n’oublier pas que notre objectif est que le corps gras consomme complètement la soude et qu’il reste un peu de corps gras). Je précise aussi qu’on peut soit réduire la soude soit ajouter plus de gras et même  on peut faire les deux à la fois. Il faudra juste s’assurer qu’on obtienne bien à la fin un vrai savon solide. De toutes les façons vous testerez :- ; .

Bon maintenant passons aux étapes nécessaires :

  • Étape  1 : on prépare tous nos ingrédients à l’avance et on pèse bien tout. Assurez vous aussi d’avoir des gants pour protéger vos mains de la soude et d’un masque pour vous protéger des émanations. Si vous avez un thermomètre, ce serait bien mais moi je fais sans car je produits de petites quantités.
  • Étape 2 : faire sa lessive de soude. Il suffit juste de mélanger le liquide à la soude. Il faudra bien mélanger pour dissoudre correctement la soude. Surtout protéger vous avec des gants et votre masque et faire tout ceci dans une pièce aéré. Souvent la lessive de soude est directement vendu, surtout regardé bien la concentration de soude car le calculateur de soude en a besoin pour tout calculer.
  • Étape 3 : on laisse la lessive tranquille car on veut que sa température baisse en dessous de 50° C. Pendant ce temps on fait fondre nos beurres au bain marie ou alors on augment aussi la température de nos huiles car elles doivent être au dessus des 40%.
cette image ne m’appartient pas

Personnellement je n’utilise rien pour mesurer la température car je fais de très petite quantité. Je laisse la lessive dans un bol d’eau fraiche pendant que mes huiles sont au bain marie. Je prends la température des huiles avec le doigt. Franchement 40° ce n’est pas beaucoup sachant que ce n’est pas très loin du corps. Maintenant si vous faites de plus grosse quantité, il vous faut absolument un appareil pour mesurer la température.

  • Étape 4 : maintenant on mélange bien doucement la soude à nos huiles et on tourne jusqu’à ce que la trace apparaisse. La trace c’est lorsque vous commencez à obtenir une sorte de trainée lorsque vous tournez le mélange. Je vais vous mettre une image pour bien comprendre.

sur la photo, vous observez le minimum de ce qu’une trace pour un savon doit être, presque crémeux!

  • Étape 5 : vous pouvez rajouter votre surgras et re mélanger quelques secondes.
  • Étape 6 : je n’en ai pas parlé mais vous pouvez ajouter du colorant à ce moment mais personnellement j’évite. Je préfère ajouter des ingrédients (huiles, infusion, jus et autres) qui permettent d’avoir une couleur naturelle. Vous pouvez aussi ajouter  du parfum aussi ou des huiles essentielles pour parfumer.
  • Étape 7 : Vous moulez ! il vous faudrait des moules… oui j’ai oublié de vous dire, désolé ! moi je n’ai pas de moule pour le moment donc j’utilise des vieux plastiques et des cartons ou pour mon premier savon, un couvercle.
  • Étape 8 : 24h plus tard, le savon est solide mais fragile. Toutefois vous pouvez le démouler ! et découper le savon si besoin
  • Étape 9 : vous prenez des photos et vous cranez avec en statut sur whatsapp ou sur les réseaux sociaux. Cette étape est obligatoire lol !
  • Étape 10 : on attend 4 semaines avant de tester et voir les résultats de ses efforts.

Et voila…toutes les étapes ! Mais moi, qu’est ce que j’ai fait ?

L’article d’aroma zone sur la saponification à froid.

Le calculateur d’aroma zone qui fonctionne plutôt avec le surgraissage.

Le calculateur de mendrulandia qui fonctionne plutôt par réduction de soude et vous donne une liste d’ingrédients INCI choisies.

Ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas tout compris…j’ai du relire plusieurs articles avant de comprendre. Ne vous affolez pas non plus. C’est tellement plus simple qu’il n’y parait et très addictifs. Des articles arrivent car j’ai fait beaucoup de savons.

Mon premier savon : karité et aloe vera

Mes ingrédients :

  • 100% de beurre de karité : 100g
  • Jus d’aloe vera
  • Soude caustique
  • Réduction de soude 8%

Je vous laisse calculer la quantité de soude si vous voulez refaire.

Le savon obtenu était bien solide, moussait très peu et était crémeux.

Alors ce savon est très doux pour la peau. Si vous avez la peau sèche ou normale, ce savon fera très bien l’affaire si le fait qu’il ne mousse pas ne vous dérange mais ça lave très bien.

Si vous souffrez d’acné par contre, ce n’est pas le savon adéquat.

Pour les cheveux secs que j’ai, il lave très bien sans assécher. Franchement j’ai beaucoup aimé sur mes cheveux. Certes j’ai fait un bain d’huile avant donc peut être que ça a joué. Mes cheveux étaient toujours doux après. Cela fait partie de ma nouvelle routine capillaire, j’en parlerais bientôt !

Pour mes futurs savons je vise plus de bulles et de mousse. Je veux aussi un effet légèrement plus détergent.

Je sais que sa forme est vraiment bizarre. Mais c’était vraiment un savon fait comme ça…mais au final c’était juste pour moi donc ça ne compte pas !

Vu la longueur de cette article, cela aurait pu être une vidéo mais j’aime le format texte.

J’espère que ce premier article après une absence de plusieurs mois que dis-je, de plus d’un an vous a plu parce que d’autres arrivent !

LAROCHE.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 11 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.